Prévention hémorroïdes

En adoptant un mode de vie sain et actif il est possible de prévenir l’apparition de la maladie hémorroïdaire. Il faut suivre une série de comportements qui vont agir sur les deux principales causes reconnues de l’apparition des hémorroïdes :

  • Augmentation du flux sanguin vers les coussinets hémorroïdaires ;
  • Affaiblissement du tissu du canal rectal qui entoure les hémorroïdes.

Des facteurs comme la constipation, l’obésité ou le surpoids, la grossesse, la bronchite chronique, des efforts excessifs et prolongés ou des travaux qui imposent une position assise permanente et prolongée, des sports comme l’équitation, le cyclisme et le soulèvement de poids peuvent causer l’augmentation de la pression abdominale et par conséquence un hyper flux sanguin vers les hémorroïdes. Des situations comme la diarrhée chronique, des efforts prolongés au cours de l’évacuation, l’abus de laxatifs, le maintien prolongé de la position debout, un mode de vie sédentaire et le vieillissement sont liées à l’affaiblissement de la muqueuse qui soutient les hémorroïdes.
Prévenir signifie agir sur ces éléments, en adoptant une alimentation et un mode de vie corrects.

Prendre soin de son alimentation

Le régime idéal pour prévenir les hémorroïdes est riche en fibres qui apportent les bénéfices suivants :

  • facilitation du transit intestinal, avec réduction des fermentations non désirées
  • augmentation de la masse fécale, qui facilite l’évacuation
  • augmentation de l’indice de satiété des aliments
  • enrichissement de la flore intestinale avec des micro-organismes utiles avec une fonction probiotique
  • fortification de la paroi de tout l’appareil digestif
  • prévention du cancer du côlon et de l’ulcère gastrique

Un régime riche en fibres aide à réguler le transit intestinal et à prévenir aussi bien l’hyper flux sanguin que l’affaiblissement des tissus qui provoquent les hémorroïdes.
Ne manquez pas dans votre régime de manger des céréales intégrales et des fruits et légumes à volonté, toujours accompagnés de beaucoup d’eau – au moins 2 litres par jour. En effet, les fibres ont besoin d’eau pour gonfler et remplir leurs fonctions. Consommer beaucoup de fibres sans un bon apport en eau pourrait provoquer l’effet inverse. Les aliments les plus riches en fibres sont les légumes, brocolis, artichauts, amandes, farines intégrales, avoine.

Dans ce cas une aide précieuse peut être apportée par les intégrateurs alimentaires de fibres, même si tous les intégrateurs de fibres ne sont pas adaptés pour les hémorroïdes.
En effet dans le commerce il y en a de nombreux types, divisibles en fibres solubles et en fibres insolubles.

Les fibres solubles créent un gel à l’intérieur de l’intestin qui va ralentir l’évacuation et en même temps réduire l’absorption des glucides et lipides réduisant les niveaux de cholestérol dans le sang et diminuant le risque de maladies cardiovasculaires.

Au contraire, les fibres insolubles absorbent une importante quantité d’eau augmentant par conséquence le volume des selles et ramollissant ainsi leur consistance. Cela facilite et régule l’évacuation et ce sont ces fibres là qui sont utiles pour la prévention de la constipation et des hémorroïdes.

Parmi les fibres insolubles se trouvent :

  • le Son: riche en fibres insolubles, il absorbe de l’eau jusqu’à 400% de son poids. Manger du son accompagné d’au moins deux litres d’eau est indiqué en cas de constipation, côlon irritable, maladie diverticulaire, diabète, dyslipidémie, surpoids et obésité, car il améliore le transit intestinal, apporte une sensation de satiété et réduit l’absorption des graisses et du cholestérol. Les inconvénients peuvent être un météorisme et gonflement abdominal et un appauvrissement en vitamines et Sels minéraux.
  • la Gomme karaya, elle est extraite de l’exsudat des branches de certaines espèces de plantes originaires des zones montueuses de l’Inde et du Pakistan. La gomme karaya est souvent utilisée comme laxatif dans le traitement de la constipation mais elle est contre-indiquée en cas d’irritation intestinale.
  •  le Psyllium: c’est une plante mucilagineuse qui en contact avec l’eau augmente de 25 fois son poids et ramollit le bol fécal favorisant ainsi l’évacuation et réduisant la constipation. De plus, elle a des effets probiotiques qui améliorent les défenses immunitaires et elle est utile également en cas de diarrhée car elle réussit à absorber les liquides en excès et à réguler l’intestin. Grâce à son effet régulateur sur l’intestin et sur la consistance des selles, le psyllium est aussi utile en cas de colite et de côlon irritable et son effet lubrifiant la rend idéale également en cas d’hémorroïdes et de rhagades anales.
  • le Glucomannane: c’est une fibre qui aide à perdre du poids car elle génère une moelleuse masse gélatineuse dans l’intestin qui réduit l’absorption des graisses et des sucres. Très utile dans l’alimentation des diabétiques, il se révèle être adapté en cas de constipation grâce à son action hygiénisante et régulatrice.

En cas d’hémorroïdes les intégrateurs alimentaires de fibres à base de Psyllium sont les plus indiqués car ils résolvent la constipation de façon délicate, surtout chez les personnes à l’intestin irrité comme en cas de présence d’hémorroïdes justement, grâce à leur action ramollissante et anti-inflammatoire sur les muqueuses intestinales.

Avoir une activité physique et contrôler son poids.
Avoir une vie active aide à prévenir l’apparition des hémorroïdes car ça renforce la musculature abdominale et ça favorise le transit intestinal. De plus ça aide à contrôler son poids, qui si il est élevé va augmenter la pression au niveau abdominal, augmentant ainsi le risque d’hémorroïdes.
Il n’est pas nécessaire d’être un athlète, au contraire pratiquer certains sports à un haut niveau est considéré comme une cause des hémorroïdes. Il suffit de faire une activité physique légère d’au moins 20 minutes par jour, comme une promenade ou un jogging, de la natation ou du stretching.
On peut aussi faire des exercices pour renforcer la ceinture pelvienne, l’ensemble des muscles et des ligaments situés à la base de l’abdomen, c’est utile pour prévenir le risque de prolapsus des hémorroïdes. L’exercice le plus efficace est de contracter les muscles situés autour de l’anus et autour du vagin, comme si vous deviez stopper l’émission de selles ou l’écoulement d’urine.

News

errore connessione