Symptômes hémorroïdes

La pathologie hémorroïdaire est l'une des manifestations les plus courantes de l'insuffisance veineuse chronique sur les plexus hémorroïdaires et constitue la pathologie proctologique plus répandue dans les pays occidentaux.

On parle de maladie hémorroïdaire quand le volume des tissus hémorroïdaires augmente de manière anormale provocant un prolapsus, ou lors de l’apparition d'hématomes et de saignements, ou encore lors de la formation d’un thrombus douloureux.

On estime que dans les pays industrialisés environ 50% de la population de plus de 50 ans souffrent ou a souffert de symptômes liés aux maladies hémorroïdaires. La diversité et la spécificité des symptômes nécessitent un diagnostic approfondi pour exclure d'autres maladies de l'appareil digestif, comme par exemple les maladies cancéreuses.

Pour soigner les hémorroïdes, il existe plusieurs traitements et opérations efficaces pour les cas les plus légers, les symptômes des hémorroïdes peuvent être réduits en changeant de mode de vie et en adoptant quelques bonnes habitudes quotidiennes. Pour guérir rapidement de la maladie hémorroïdaire il est essentiel de tenir compte des divers symptômes et de savoir comment les reconnaître.

Quels sont les symptômes des hémorroïdes ?

  • saignement de couleur rouge vif, présent dans 80-90% des cas;
  • sensation de gêne localisée dans l’anus, présente dans 65% des cas;
  • démangeaison anale due à une dermatite, présente dans 62% des cas;
  • prolapsus c'est-à-dire glissement vers le bas des coussinets hémorroïdaires, qui sortent du canal anal, présent dans 50% des cas;
  • douleur, généralement liée à l’apparition d’une rhagade ou d’une thrombose liée aux hémorroïdes externes, présente dans 35% des cas;
  • perte de mucus, qui peut ensuite causer l’apparition de mycoses ou d’infections, présente dans 30% des cas.
Les symptômes de la maladie hémorroïdaire ne sont pas constants mais varient au cours du temps : ils peuvent se manifester sous formes aiguës et moins aiguës, disparaître de façon spontanée et réapparaître avec d’importantes aggravations. L’état du patient comme une grossesse, des efforts répétés, une diarrhée, une constipation, des voyages, un changement de travail ou de saison influent sur les symptômes des hémorroïdes.

Comment se diagnostiquent les hémorroïdes ?

Les symptômes des hémorroïdes comme le saignement peuvent être confondus avec ceux d’autres maladies anorectales, par conséquence un diagnostic sûr doit passer par une visite colo-proctologique avec anuscopie. L’anuscope est l’instrument qui permet de voir le canal anal et donc les hémorroïdes et de faire un diagnostic de la maladie hémorroïdaire et une classification des hémorroïdes selon leur stade.

La classification est fondamentale surtout pour orienter le patient vers des soins appropriés et le traitement le plus efficace pour chacune des personnes. La classification d’utilisation courante pour les hémorroïdes est la classification définie par Goligher en 1975:
  • 1er stade: sont présentes des ectasies vasculaires du canal anal, les hémorroïdes peuvent saigner mais ne prolabent pas
  • 2ème stade: les hémorroïdes se prolabent au moment de la défécation, mais le prolapsus réintègre spontanément le canal anal
  • 3ème stade: le prolapsus hémorroïdaire qui survient avec la défécation réintègre le canal anal uniquement manuellement
  • 4ème stade: on constate un prolapsus hémorroïdaire externe permanent
Sur la base de cette classification, attribuée suite à la visite colo-proctologique, le médecin peut conseiller le meilleur traitement de la maladie hémorroïdaire.

News

errore connessione